LE HEAVY METAL, J. de Pierpont & H. Bourhis

heavy metal

heavy metal plancheCerner la communauté métal et les nombreuses tribus qui la composent ; s'y retrouver dans ses multiples sous-genres, du Trash au Black Metal ; saisir les codes, du signe des cornes au Diabolus in musica ; comprendre comment le Métal dit satanique coexiste avec un Métal chrétien ; découvrir les variétés qui se sont déployées dans le monde entier... voilà le projet fou que se sont donné les auteurs de cette bande dessinée.

La petite bédéthèque des savoirs, 10e.

Limousines blanches et blondes platine, Dan Fante

limousine dan fante

Sans ressources, accro aux médocs et à l'alcool, Bruno Dante exulte quand il obtient un travail de chauffeur de maitres. C'est le début d'une folle existence avec son lot d'amitiés et de révoltes. Sur Sunset Boulevard, il subit les caprices de la jet-set de LA., se déchaine dans des soirées débridées et rencontre l'espiègle madame Smart, grâce à qui il part à la recherche de sa sobriété perdue.

 

Editions Points, 7.30e.

Le brady, cinéma des damnés ; Jacques Thorens

jacques-thorens-le-brady

Ce livre propose la "biographie d'un lieu", le Brady, dernier cinéma de quartier parisien. L'auteur, qui y fut projectionniste dans les années 2000, a tiré de cette expérience un texte foisonnant, drôle et informé. Il met en scène ses collègues, l'increvable propriétaire JP Mocky, les fondus de films "bis" (fantastique, gore, kung-fu, western-spaghetti voire moussaka, porno), mais aussi d'autres spectateurs atypiques (sans-logis, retraités maghrébins, amateurs de brèves rencontres), et tous les riverains occasionnels (prostituées, coiffeurs afro, soiffards).

 

Le Brady, cinéma des damnés reconstitue la mémoire des années turbulents d'une salle obscure inclassable, comme le documentaire subjectif qui s'en inspire. Une somme inventive et attachante qui satisfera la curiosité de ceux qui croient encore que l'aventure est au coin de la rue.

 

Editions verticales, 21 euros

Outre-Terre, Jean-Paul Kauffmann

outre terre

Ce jour-là, Napoléon a failli tout perdre. Le 8 février 1807, à Eylau, en Prusse-Orientale, l'Empereur livre l'une des batailles les plus périlleuses de son règne. Il sera à deux doigts d'être capturé. Il ne devra son salut qu'à la plus spectaculaire charge de cavalerie de tous les temps.

Eylau, choc frontal de l'Histoire et de la géograpghie. Le site se trouve aujourdhui dans l'enclave russe de Kaliningrad, l'Outre-Terre, pays étrangre, annexé par Staline, désormais séparé de la mère-patrie par la Lituanie.

Prétextant la célébration du deux centième anniversaire de la bataille, Jean-Paul Kauffmann, qui a une prédilection pour les destinations excentriques, s'est rendu en famille a Kaliningrad. Un voyage sur les traces du fantôme du colonel Chabert, le héros de Balzac, donné pour mort lors de la grande charge de Murat.

Peinte magistralement par le baron Gros, la "boucherie d'Eylau" s'est déroulée dans le brouillard et la neige. Seul repère dans le demi-jour sanglant : l'église ou se tenait Napoléon, devenue une usine. Elle recèle encore de nombreux mystères qui vont intriguer l'auteur et l'interroger sur les vrais mobiles de cet insolite voyage en famille.

Outre-Terre est un livre sur le désastre, les revenants, l'absence. Sur l'impossibilité de la reconstitution. Sur le bonheur d'être vivant.