Librairie indépendante Rennes - Pécari Amphibie

17 août 2018

Débâcle - Lize Spit

"À Bovenmeer, un petit village flamand, seuls trois bébés sont nés en 1988 : Laurens, Pim et Eva. Enfants, les “trois mous­quetaires” sont inséparables, mais à l’adolescence leurs rap­ports, insidieusement, se fissurent. Un été de canicule, les deux garçons conçoivent un plan : faire se déshabiller devant eux, et plus si possible, les plus jolies filles du village. Pour cela, ils imaginent un stratagème : la candidate devra résoudre une énigme en posant des questions ; à chaque erreur, il lui faudra enlever un vêtement. Eva doit fournir l’énigme et ser­vir d’arbitre si elle veut rester dans la bande. Elle accepte, sans savoir encore que cet “été meurtrier” la marquera à jamais. Treize ans plus tard, devenue adulte, Eva retourne pour la première fois dans son village natal. Cette fois, c’est elle qui a un plan…
Véritable coup de tonnerre dans le paysage littéraire aux Pays-Bas et en Belgique, immense succès de librairie qui a valu à son auteur les plus grands éloges, Débâcle est un roman choc, servi par une écriture hyperréaliste et intransigeante. Une expérience de lecture inoubliable."

Actes Sud, 23€

 

Bruxelles Culture

"Lize Spit épouse à la perfection les contours toxiques du drame dans ce qu’il possède de plus ordinaire, offrant une sorte de fable sur la cruauté."

 

Université Syndicaliste

"La couverture française de Débâcle donne d’emblée le ton : trash et dérangeant."

 

Jean-Claude Vantroyen, Le Soir

"C’est une plongée fascinante dans l’univers de ces ados qui voudraient devenir des adultes, avec leurs craintes, leurs angoisses, leur détermination, leurs hésitations, leur fragilité, leurs fantasmes, leur désir de sexe, leur cruauté, le souci, en tout cas pour Eva, de leur apparence. Hypnotisant. Un roman tragique, drôle, impitoyable. Éblouissant. Sans aucun doute un des meilleurs livres de ce début d’année."

9782330092658débâcle

 

Posté par Maxime Aubin à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Arrachez les bourgeons, tirez sur les enfants - Kenzaburô Ôé

"Pendant la Seconde Guerre mondiale, des enfants d'une maison de correction fuient les bombardements et se réfugient dans un village de montagne. Leur éducateur les place sous l'autorité d'un maire convaincu qu'un mauvais enfant doit être supprimé «dès le bourgeon». Le jeune narrateur et son petit frère font partie de ce groupe de délinquants bientôt à la merci des villageois haineux, qui les contraignent à enterrer des animaux victimes d'une épidémie. Quand trois personnes meurent, contaminées, les villageois, pris de panique, abandonnent le village en y enfermant les enfants, qui prennent possession des maisons désertées et esquissent même les règles d'une vie en société. Temps suspendu, unique dans cette histoire de bruit et de fureur, où s'expriment les douceurs de la fraternité et les joies d'un premier amour. Malgré la présence d'un jeune Coréen et d'un soldat déserteur qui tentent de les aider, l'affrontement avec les villageois de retour ne pourra être évité.
Cette impressionnante fable sociale écrite en 1958 appartient à la grande veine de Kenzaburô Oé. Densité, richesse d'analyse, foisonnement de l'imagination, violence, émotion : toutes les qualités du Prix Nobel se trouvent réunies."

Imaginaire Gallimard, 8,50€

arrachez les bourgeons

Posté par Maxime Aubin à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Être(s) roux, regards croisés sur une singularité - Élodie Roux-Guyomard, Marie-Savine Colin, photographies de Pascal Sacleux

"La rousseur sous toutes les coutures

Ce livre, tout d’abord, rassemblera les 728 portraits de roux qui seront passés devant l’objectif du photographe Pascal Sacleux. Notre volonté : valoriser les roux, leur offrir une visibilité, sans casting préalable, pour leur prouver que même s’ils sont rares, ils ne sont pour autant pas seuls. À travers le regard du photographe, nous voulions aussi faire évoluer celui des roux sur eux-mêmes et celui des autres sur nous.

Être(s) roux est aussi le terrain d’une réflexion transversale qui s’appuie sur de nombreuses données scientifiques (histoire, génétique, sociologie, psychanalyse…) mais aussi sur l’étude de la représentation de la rousseur dans l’art et les médias notamment. Il s’agit là de mieux comprendre ce regard qui se porte sur nous et percer les mystères de l’inconscient collectif. Comment en effet expliquer que quelques mèches suscitent encore tant de sentiments extrêmes ? Que se cachent-ils derrière ces jugements hâtifs et parfois stigmatisants ?

Cet ouvrage est enfin celui de la parole, celle d’adultes comme d’enfants, dont nous avons croisé les regards, souvent remplis d’émotions. Ils nous racontent leur histoire personnelle que nous tenions à vous livrer telle que nous l’avons recueillie. Car avant d’être une aventure artistique, ce livre est avant tout une aventure humaine."

Éditions Goater, 25€

 

être-roux-livre-pascal-sacleux-1100x1100

auteur être roux

2e auteur être roux

photog être roux

Posté par Maxime Aubin à 15:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2018

La danse du chagrin - Bernie Bonvoisin

"Je suis venu au Liban, voir ce qu'il en était de ces hordes de crevards qui prenaient d'assaut nos frontières, pour nous voler nos emplois et cramer nos allocs. J'ai décollé mon cul de mon divan, éteint ma télé après 59 mois passés à regarder le peuple syrien se faire écraser dans un silence vertigineux. J'ai vu la lumière au milieu de cette misère...". Un jour d'été 2015, Bernie Bonvoisin décide de se rendre au Liban et d'aller à la rencontre des jeunes Syriennes et Syriens réfugiés au pays du Cèdre.
Dans les camps et les squats de fortunes où les exilés forcés survivent dans un dénuement extrême, le long de la frontière, il veut recueillir les mots d'une enfance volée par la guerre et le terrorisme, dont l'innocence anéantit tous les discours politiques. Là, il rencontre une génération sacrifiée à la maturité spectaculaire, le futur de la Syrie.

Don Quichotte, 18 euros

ob_25571e_61eg4uhjznl

Posté par Maxime Aubin à 16:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juillet 2018

Les joies d'en bas

On s’imagine tout savoir sur l’organe sexuel féminin, car il en est
souvent question dans les magazines et sur Internet. Mais voilà que Les Joies d’en bas,
écrit par deux futures praticiennes norvégiennes et traduit dans une
trentaine de langues, dissipe enfin un ensemble de mythes ou de fausses
vérités entourant le sexe. Non, on ne peut pas constater médicalement si
une fille est en­core vierge. Non, l’orgasme purement “vaginal”
n’existe pas. Et le clitoris n’est pas un bouton magique sur le­quel il
suffit d’appuyer…

En faisant état des tout derniers résultats de la re­cherche, ce livre
révèle la face cachée du clitoris, retrace la ronde des hormones qui
orchestrent les menstrua­tions, fait le tour des différents types de
contraception… et met enfin le doigt sur le fameux point G.

Voici un guide réjouissant et utile du “continent noir” qui rappelle une
chose essentielle : pour être fière de son sexe, il faut le connaître.

Nina Brochmann et Ellen Stokken Dahl, Actes Sud, 22,50€.


                         

9782330090531

Posté par Maxime Aubin à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 juin 2018

De nouvelles idées cadeaux !

Chiens bleus, Chiens gris

Une histoire familiale méconnue dévoilée au grand jour!

En 1921 est déniché le carnet de Francis Régeard, un soldat mort durant la première Guerre Mondiale en 1916. Un siècle plus tard Jean-Luc, son petit neveu, se plonge dans les pages de ce journal intime et découvre les détails de la vie d'un soldat dans les tranchées. Curieux, il décide de remonter dans les archives civiles et militaires pour retracer le parcours de son grand-oncle. De toutes ces recherches il dégage un projet : "Chiens bleus, Chiens Gris", dessiné par son fils Leyho. On y découvre la vie d'un soldat, qui a vécu et est finalement mort "comme un chien" au fond des tranchées.

Une séance de dédicace de l'auteur et du dessinateur sera organisée dans notre librairie le samedi 23 juin de 17h à 19h, plus on est de fous, plus on rigole!

33060374_384307288639554_8565871135781027840_n

35228749_1028827133940316_416166972179349504_n

26907403_346622642408019_3894078760840451591_n

4b4558c572a13a118d1b26638433fdae--comics-jean

Ailefroide

Un récit autobiographique et initiatique par l'auteur du Transperceneige !
De Grenoble à la Bérarde en mobylette. 
Des rappels tirés sur la façade du Lycée Champollion.
Avec l'exaltation pure qui tape aux tempes, quand on bivouaque suspendu sous le ciel criblé d'étoiles, où qu'à seize ans à peine on se lance dans des grandes voies. La Dibona, le pilier Frendo, le Coup de Sabre, la Pierre Alain à la Meije, la Rébuffat au Pavé : le Massif des Écrins tout entier offert comme une terre d'aventure, un royaume, un champ de bataille parfois.
Car la montagne réclame aussi son dû et la mort rôde dans les couloirs glacés.

Récit initiatique d'un gamin qui se rêvait guide et qui devient dessinateur, Ailefroide est tout à la fois une célébration de l'alpinisme, une déclaration d'amour à la haute montagne et une leçon de vie.
Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet, Casterman, 28€.

9782203121935

640_9782203121935_ailefroide_altitude_3954_m_p112_300

640_9782203121935_ailefroide_altitude_3954_m_p113_300

Gagner la guerre, Tome 1, Ciudalia
Benvenuto est un tueur à gages, sans doute le meilleur de toute la République de Ciudalia. Sa nouvelle mission – expédier un noble venu s'encanailler dans les bas-fonds – a tout d'une sinécure. Mais le client va se révéler beaucoup plus coriace que prévu. Et voilà Benvenuto plongé au coeur d'un complot trop vaste pour lui... 
Frédéric Genêt, d'après le roman de Jean-Philippe Jaworski, éditions Le Lombard, 14,45€.

Couv_329146

G_17398_01

L'île des pluies
Une île, sans doute en Bretagne sud, où l'on vit de la pêche. Et où les touristes ne sont pas toujours les bienvenus. Encore moins ceux du continent, qui vivent de l'autre côté des coureaux. Un décès énigmatique en appelle d'autres, peut-être en écho à une mémoire lointaine, plus incertaine... 
Un roman de Marc Gontard, ancien président de l'université de Rennes 2.
Éditions Goater, 18€.

l-ile-des-pluies

l-ile-des-pluies (1)

Odorico, l'art de la mosaïque
Un panaroma exceptionnel et incontournable des mosaïques d'Odorico dans tout le Grand-Ouest : de véritables trésors patrimoniaux à découvrir...
 Un ouvrage complet sur les réalisations de la famille Odorico, avec de très nombreuses photos exceptionnelles de sites publics et privés (Angers,  Dinard, Laval, Nantes, Roscoff, Rennes,  Saint-Malo,  Vitré...), mais aussi des dessins et des clichés anciens du maître mosaïste, Isidore Odorico ;
Une histoire de l'entreprise familiale qui se lit comme un roman ;
Des clés pour comprendre le style et la technique Odorico (couleurs, motifs récurrents, modernité...).
C. Lemaitre D. Enocq H. Ronné, aux éditions Ouest France, 35€.

005429959

41760633

41758699

ODORCO_Quai_Lamenais

Histoire populaire du football
De l’Angleterre à la Palestine, de l’Allemagne au Mexique, du Brésil à l’Égypte, de la France à l’Afrique du Sud, ce livre raconte une autre histoire du ballon rond, depuis ses origines jusqu’à nos jours.

Le football ne se résume pas au foot-business : depuis plus d’un siècle, il a été un puissant instrument d’émancipation pour les ouvriers, les féministes, les militants anticolonialistes, les jeunes des quartiers populaires et les contestataires du monde entier.
L’auteur retrace le destin de celles et ceux qui, pratiquant ce sport populaire au quotidien, en professionnels ou en amateurs, ont trop longtemps été éclipsés par les équipes stars et les légendes dorées. Prenant à contre-pied les clichés sur les supporters de foot, il raconte aussi l’étonnante histoire des contre-cultures footballistiques nées après la Seconde Guerre mondiale, des hooligans anglais jusqu’aux ultras qui ont joué un rôle central dans les printemps arabes de 2011. En proposant une histoire « par en bas », en s’attachant à donner la parole à tous les protagonistes de cette épopée, Mickaël Correia rappelle que le football peut être aussi généreux que subversif.
Mickaël Correia, éditions La Découverte, 21€.

9782707189592

The end
Un thriller environnemental
Dans le cadre d’un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C’est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra, hélas trop tard, que ces événements sonnent l’alerte d’un drame planétaire ?
Zep, aux éditions Rue de Sèvres, 19€.

9782369816058_1_75

the-end-zep-fin-du-monde-apocalypse-nature-arbres-champignons-thriller-environnemental-p-4

ori_aex_229932_9782369816058-page5

Posté par Maxime Aubin à 17:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2018

Une sélection jeunesse haute en couleurs !

Le Loup qui mangeait n'importe quoi

"Le loup sortit du bois
Et entendit une voix.
C'était une brebis,
Egarée et transie.
Et en voyant le loup,
Affamé, comme un fou,
Elle cria : « Non, ne me mange pas !
Tu pourrais regretter sacrément ce repas."

 

Un loup affamé plante ses griffes sur tout ce qu’il rencontre… sans savoir qu’il hérite de leurs flatulences intempestives : un mouton qui rote, un cochon qui pète… sans compter les enfants qui plongent les doigts dans leur nez… Cet album s’amuse avec le trivial pour le sublimer grâce à un texte virtuose et un dessin spectaculaire.

Le premier album jeunesse d’une star de la BD associée à une grande plume de la jeunesse !

Auteur : Chris Donner Illustrateur : Manu Larcenet
Éditions Mango Jeunesse, 14,50€

 

loup-qui-mangeait-n-importe-quoi

 

lqmn

 

loup2

 

 

La petite encyclopédie illustrée des animaux les plus étonnants

Saviez-vous qu'une pieuvre possède trois coeurs ? Qu'une autruche ne peut pas marcher à reculons ? Et comment dorment les abeilles ? Et les étoiles de mer, combien ont-elles de cerveaux ? Cette petite encyclopédie illustrée déborde d'informations étonnantes. Elle nous donne envie d'en savoir encore plus sur la fascinante diversité du monde animal aujourd'hui si menacée.

Auteure : Maja SäfströmÉditions Rue du Monde, 16,80€

 

9782355044748_1_75

 

encyclo_animaux_img_pmweb

 

IMG_5132

 

 

Petit Poilu et le prince des oiseaux (tome 19)

Connaissez-vous Petit Poilu ? Petit Poilu est petit et poilu. Tous les matins, il quitte sa maman et sa maison pour aller à l'école. Mais il faut toujours que tout bascule ! De surprises en surprises, de rencontres en rencontres, Petit Poilu plonge dans des univers extraordinaires et farfelus dont il ressort toujours grandi.

Dans le monde des oiseaux où Petit Poilu s'est cette fois retrouvé parachuté règne un prince bien malheureux. Prisonnier d'une grande cage dorée, le prince comme le décor qui l'entoure sont en noir et blanc. La faute à Topor, un sinistre corbeau qui le suit à la trace...

Avec cette nouvelle fable juste, sensible et ludique, Petit Poilu apprend aux petits lecteurs comment réagir aux influences néfastes.

 

Auteurs : Pierre Bailly et Céline Fraipont
Éditions Dupuis, 9,50€

 

 

9782800167053-couv-M800x1600

 

albums_ipad_firstBG

 

ori_aex_211778_9782800167053-page7

 

 

Ayati, la légende des cinq pétales

 

Dans une Inde ancienne et fantastique, Ayati une adolescente de 14 ans ayant perdu ses parents très jeune vit une enfance difficile. Élevée par son oncle et sa tante, elle subit les corvées familiales, son rêve le plus cher est de s’extirper de cette vie qui ne la rend pas heureuse...
Un jour alors qu’Ayati est partie chercher de l’eau pour le foyer familial, elle découvre sur le chemin du retour son village assaillit par des pirates, la doyenne sur le point de se faire tuer. Ayati tente de la défendre, coûte que coûte, se manifeste alors un don inné qui lui permettra de sauver la vieille femme..

 

Auteurs : Fabien Fernandes et Sandra Violeau
Éditions Jungle, 11,95€

 

 

Couv_332153

 

9782822221696_p_2

 

PlancheS_61023

 

 

 

Vendredi ou la vie sauvage

 

«Il faisait un temps magnifique, et Vendredi chantait de bonheur en courant sur le sable blanc et pur de la plage. Nu et joyeux, seul avec le soleil et son chien, libre de faire ce qu'il voulait, loin de l'ennuyeux Robinson!»

Une magnifique ode à la nature et à la liberté !

Le texte intégral paraît dans un grand album de belle facture qui invite à la lecture. On s’y plonge avec d’autant plus de plaisir que le récit est rendu très vivant par les illustrations expressives de Ronan Badel.
Tribune de Genève

Auteur : Michel Tournier
Illustrateur : Ronan Badel
Éditions Flammarion jeunesse, 19,90€

 

51hiAaD+5DL

 

9782081394438_2

 

9782081394438_4

 

 

Posté par Maxime Aubin à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2018

Dites le avec des livres...

La Vie parfaite

 

Adele monte dans le bus qui relie la cité des Lombriconi au centre de Bologne. Elle vient d’avoir 18 ans et part accoucher, seule. Parce que le père est un voyou égoïste, parce que là où elle vit tout le monde semble « né pour perdre », parce qu’elle veut donner à son enfant la chance d’une vie meilleure, Adele est sur le point de l’abandonner. Dans son grand appartement du centre-ville, Dora, elle, n’est pas seule. Mais après des années de FIV ratées, son désir de maternité s’est transformé en obsession et mine son mariage. Entre ces deux femmes au seuil de choix cruciaux, il y a Zeno : le voisin d’Adele qui tous les soirs l’espionne depuis son balcon ; l’élève appliqué de Dora, qui connaît les frontières invisibles qui séparent la ville et les êtres. Et tous au fond cherchent la même chose. Un refuge, un lieu tranquille d’où l’on pourrait apercevoir, au loin, la vie parfaite.

Silvia Avallone sonde ce moment si particulier, mêlé de peur et d’émerveillement, où l’on choisit d’avoir un enfant, de croire en son avenir. Avec une énergie romanesque et une puissance d’écriture incomparables, un sens aigu du portrait et de la mise en scène, elle porte un regard d’une terrible acuité sur sa génération, une jeunesse écartelée entre précarité et utopie.

 

Extrait :

Ça montait d’on ne sait quel univers enfoui dans son
corps. Loin dans sa chair, comme arrivant d’un pays étranger.
Puis ça augmentait, irradiait depuis le nombril jusqu’à
l’infini. Soixante secondes, précises, régulières. Elle savait
qu’elle allait lui briser les reins. Grandir encore. Devenir
géante, comme Rosaria, sa mère, abandonnée la veille
sur le canapé, comme ce téléphone dans le couloir, qui
n’avait pas sonné depuis des années; les yeux de Zeno
quand il lui avait dit: «Partons. »
Son cœur allait s’arrêter, comme tout ce qui ne peut
pas guérir. Adele le savait.
Respire, ils lui répétaient. Mais elle ne pouvait pas
respirer. Ses poumons étaient pleins de sciure. La douleur
comprimait son thorax, le coupait en deux comme une
pomme. La douleur était la seule et unique vérité. Aussi
immense que l’Adriatique en février.
« J’en veux pas. »
Ses cheveux trempés de sueur coulaient le long de ses
joues. Elle était nue, les poings sur les genoux. Accroupie
sur le sol comme pour pisser là, au milieu de la pièce.
«Vous pouvez partir », ajouta-t-elle avec rudesse.
L’anesthésiste restait indécis sur le seuil. Il haussa un
sourcil, l’air de dire: Vous êtes sûre de ne pas vouloir de
péridurale ?

 

Silvia Avallone, éditions Liana Levi, 22€.

lavieparfaite

 

Filles des oiseaux, Tome 2

Après avoir passé une adolescence corsettée dans un établissement pour jeunes filles tenu par des soeurs, Marie-Colombe et Thérèse ont été happées par le tourbillon de la vie. Après Mai 68, un monde s'ouvrait à ces deux jeunes filles qui seront successivement hippies, féministes, yéyés, top model et chanteuse pour l'une, business woman et startupeuse pour l'autre. Elles se retrouvent et se remémorent 40 ans de passé commun. Des amours, des enfants, des rires et des larmes, tout ce qui fait le sel de la vie. Et toujours le lien de cette amitié indéfectible scellée dès l'adolescence par un énorme fou rire.

Florence Cestac, éditions Dargaud, 13,99€.

9782205076738-couv

 

24082-nouvel-article-1

Cr0rHZJWYAEllE0

La Vie secrète des animaux

Les animaux ressentent-ils de l’injustice, de la compassion, du regret ou de la honte ? Peuvent-ils compter ou faire des projets ? Que signifie pour eux être apprivoisés ou domestiqués ? Que
sait-on de leur sommeil, de la manière dont ils vieillissent ou de leur façon d’apprendre ?
Pour répondre à ces questions troublantes, le forestier Peter Wohlleben s’appuie sur son incroyable sens de l’observation et sur les dernières découvertes scientifiques.
Avec le même talent de pédagogue que dans La Vie secrète des arbres, il nous ouvre les portes d’un monde caché, celui de la vie intérieure des animaux, de leurs émotions et de leur ressenti : les coqs mentent, les biches connaissent le deuil, un hérisson peut être tourmenté par ses cauchemars, des cochons répondent à leur nom…
Ce récit buissonnier, nourri d’anecdotes étonnantes et de références savantes, est un appel vibrant au respect du monde animé qui nous entoure.

Peter Wohlleben, les Arènes éditions, 20,90€.

 

-LA-VIE-SECRETE-DES-ANIMAUX

 

 

La permaculture en pratique

Pour votre jardin, votre environnement et la planète !

 

L'idée qui sous tend la permacuture est simple: prenez soin de la Terre et elle prendra soin de vous!

 

 

Ce livre donne au lecteur tous les outils conceptuels et pratiques qui lui permettront de concevoir son propre projet de permaculture, quels que soient la taille du projet ou le climat.

 

Les auteurs présentent en détail les principes de la permaculture et toutes les étapes du processus de conception, du rassemblement des données jusqu'à la réalisation d'un plan directeur.

 

Illustré par de nombreux cas pratiques et plus de 250 photos et dessins, ce livre constitue une source d'informations incontournables pour tous ceux qui souhaitent faire de leur terrain un écosystème durable et résilient.

 

Jessi Bloom, David Boehnlein, Paul Kearsley, éditions Ulmer, 32€.

 

 

1428075198-vg

91xGYynf2SL

 

 

Frida

Petit journal intime illustré

 

Un petit journal illustré qui revient sur l'art, la vie et les sentiments de Frida Kahlo : son enfance, son accident, son mariage légendaire avec Diego Rivera, sa passion pour une peinture transformée en miroir de l'intériorité. L'histoire extraordinaire d'une femme magnétique, charismatique et créatrice de son image : une icône pop.

 

Vanna Vinci, éditions du Chêne, 24,90€.

 

arton36631

81XTtrpx5YL

813E6CYSC7L

Posté par Maxime Aubin à 19:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2018

En mai, lit ce qu'il te plaît !

Une sélection pour profiter des ponts de mai, des vacances et du soleil... Bonne lecture !

 

ALT-LIFE

 

Auteurs : Falzon & Cadène

Une petite histoire de l'avenir.
Josiane et René sont de la génération 50/50 : à moitié dans le réel, à moitié dans le virtuel. Fuyant un monde à l'agonie, ils se portent volontaires pour la plus définitive des expériences : être les pionniers d'un nouveau monde, 100% virtuel, sans retour possible.
Un monde que leurs désirs façonnent et duquel ont disparu la douleur ou les besoins naturels. Cet univers où tout est possible (ou presque) va devenir l'aventure qui définira les contours de leur avenir et de celui de tous ceux qui choisiront de les rejoindre.
Bien sûr, parce qu'ils sont comme tout le monde, Josiane et René vont beaucoup s'intéresser au sexe.

 

« Crédible, stimulant et dérangeant à la fois, leur album renoue avec la BD de science-fiction […]. Indispensable. » Livres Hebdo

« D’une manière fulgurante, le récit de Cadène et Falzon décrit l’abondance de possibilités que nous offre l’ère contemporaine. Et son corollaire : un ennui en acier trempé » Le Nouvel obs

« Une BD sulfureuse et intelligente » Ouest-France

 

Éditions Le Lombard, 19,99€.

Couv_32680716484575XVM161f9fc6-38f6-11e8-b5a0-024feddf3af1-805x7109782803670215_pg

 

Taqawan

Auteur : Éric Plamondon

« Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »
Le 11 juin 1981, trois cents policiers de la sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour s’emparer des filets des Indiens mig’maq. Emeutes, répression et crise d’ampleur : le pays découvre son angle mort.
Une adolescente en révolte disparaît, un agent de la faune démissionne, un vieil Indien sort du bois et une jeune enseignante française découvre l’immensité d’un territoire et toutes ses contradictions. Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, il faut aller à la source…
Histoire de luttes et de pêche, d’amour tout autant que de meurtres et de rêves brisés, Taqawan se nourrit de légendes comme de réalités, du passé et du présent, celui notamment d’un peuple millénaire bafoué dans ses droits.

 

Une pépite ! Un roman noir, un récit historique, un livre de contes, un pamphlet politique […] Taqawan ? Un livre qui refuse d’être figé ! […] Vous ne mesurez pas à quel point c’est péchu !

Augustin Trapenard

Quidam éditeur, 20€

Extrait :

 Quand elle relève la tête, trois garçons poussent la porte de secours à l’arrière. Certains les encouragent, d’autres leur crient de ne pas sortir. Les garçons s’échappent vers le bas-côté de la route. Ils dévalent le talus qui mène sous le pont. Une jeune fille les imite qui file derrière eux, les rattrape. Ils s’arrêtent devant la porte grillagée. Verrouillée par une lourde chaîne, elle bloque l’accès à l’escalier qui mène à la passerelle. Les trois garçons connaissent l’endroit. Ils savent comment escalader le grillage pour se rendre sous le ventre de l’ouvrage. Alors ils grimpent, s’accrochent, passent avec précaution et s’abattent de l’autre côté sur la plate-forme. Quand elle atteint le haut de la grille, Océane pense à son pantalon taché. Mais les trois garçons sont déjà devant. Elle saute à son tour. Elle recolle à leurs pas qui résonnent sur la structure métallique. Le premier des garçons dépasse le second pilier. Leur rythme est lourd sur la pente légère. La travée est encore large ici, au-dessus de la terre ferme. Quand les quatre enfants atteignent le troisième pilier, une voix d’adulte claque dans leur dos, appelle et ordonne. Les fugitifs l’ignorent et, genoux pliés, tête baissée, se rapprochent du quatrième pilier. À travers le treillis d’acier, ils aperçoivent l’eau qui scintille. Océane se retourne. Trois policiers ont réussi à gravir la grille et se lancent à leur poursuite. Océane crie. L’un des garçons répond : « Dépêchez-vous ! » Au quatrième pilier, c’est beaucoup plus dangereux. Il faut s’accrocher aux poutres pour gagner le trottoir suspendu et étroit sous la portée principale : quatre cents mètres de tension. Derrière elle, Océane entend les policiers courir. Elle se précipite avec prudence. Il faut se glisser sous la grille, ramper sur le béton, déchirer le bas de son pantalon sur l’acier, se faire entraîner par le dernier garçon et sauter encore une barrière de sécurité. Les quatre enfants sont perchés à une dizaine de mètres au-dessus de la baie, acrobates accrochés à leur peur. Les policiers s’arrêtent. Ils ne peuvent pas se risquer à les rattraper ici. La passerelle est trop haute, trop étroite. Les enfants ralentissent dans un léger vertige. Il n’y a plus rien derrière eux. Mais devant ?                                                               

72dpi-taqawan_plat1

 

 

Les Fleurs noires de Santa Maria

Auteur :  Hernán Rivera Letelier

En 1907, de grandes grèves éclatent dans les mines de nitrate du désert d’Atacama, les mineurs entreprennent une grande marche à travers le désert en direction de la petite ville de Santa María de Iquique, où ils pensent négocier.

 

Leurs familles les accompagnent. Hernán Rivera Letelier aussi avec ces personnages dont il a le secret: Olegario le mineur amoureux de l’image féminine qui figure sur son paquet de cigarettes, Gregoria l’énergique veuve au grand cœur, Idilio l’amoureux du vent constructeur de cerfs-volants et la jeune Liria María. Tous ces protagonistes pleins de force et d’innocence traversent le désert et sont inexorablement entraînés vers le dénouement tragique et réel qui verra plus de trois mille d’entre eux impitoyablement massacrés à la mitrailleuse.

 

Hernán Rivera Letelier mêle épopée sociale et vies romanesques dans un récit à plusieurs voix magnifique et poignant. Amitiés, conflits, solidarité et amours en sont la trame. Il complète ici le cycle romanesque de cet univers prodigieux que fut le monde des mines d’Atacama, qu’il chante dans une écriture rude et magique qui n’appartient qu’à lui.

 

Éditions Métailié, 10€

 

Extrait :

 

Sur le toit de la maison, découpés sur la lumière de l’aube, les vautours ressemblent à un couple de petits vieux en frac, tout rabougris et les mains dans les poches.

Statiques comme des personnages de girouette et nimbés de relents de pourriture, ils semblent dormir profondément l’un près de l’autre. Pourtant, quand on leur jette les premiers morceaux de carne depuis l’intérieur de la maison par un trou percé dans le toit, ils arquent nerveusement leurs têtes rouges et, avec des grognements gutturaux de charognards, se livrent à de bruyantes agapes sur les plaques de zinc.

 

Tout en écoutant le crissement des serres ripant sur la tôle, Olegario Santana, encore en tricot de corps, finit de dévorer son propre morceau de viande saignante accompagné d’oignonshachés menu comme pour un dindon, aux dires de son ami Domingo Domínguez. Puis, après avoir bu un grand bol de thé bien amer, il penche son visage sur le fourneau de briques et allume sa deuxième Yolanda de la journée (il fume la première au lit, dans le noir). Les coudes sur la table nue, il profite des dernières minutes pour fumer avec parcimonie tout en contemplant le visage de la femme dessinée sur le paquet de cigarettes.

 

À cinquante-sept ans, Olegario Santana n’a jamais vu un visage aussi beau chez une femme en chair et en os. De plus, il ne sait pas pourquoi diable le seul prénom de Yolanda fait naître en lui l’image d’une femme fatale, une de ces femelles éperdues de passion évoquées par les vieux dans les salpêtrières pendant qu’ils triturent les pierres sous un soleil aussi ardent que leurs délires. La seule femme qui soit passée dans sa vie est une veuve rencontrée à Agua Santa avec laquelle il a vécu à la colle, sans joies ni peines, pendant quatorze longues années. Elle était morte quatre ans plus tôt de la peste bubonique ramenée à Iquique par le Columbia, le « bateau maudit » comme les gens avaient surnommé le vapeur contaminé. La femme, une grosse matrone bolivienne qui avait dix ans de plus que lui, mauvaise haleine et une docilité plutôt insipide (forniquer avec elle ou avec une brebis ahurie ne faisait pas grande différence), était morte sans même lui laisser la compagnie d’un souvenir agréable contre lequel blottir son chagrin d’homme seul. Depuis lors, il ne partage avec personne le cilice de son matelas de feuilles de maïs et, dans le triste désordre de sa maison à l’abandon, mijote volontairement à petit feu dans sa poussiéreuse solitude; solitude méticuleuse adoucie depuis peu par la présence passagère de ses deux vautours apprivoisés, des volatiles aussi aigris et silencieux que lui.

 

 

 

Fleurs-noires-Santa-Maria-S

 

 

Voyage en République de Crabe

Auteure : Tarmasz

 

 

Maya, jeune livreuse d'élite dynamique et survoltée, part en mission sur une île coupée du monde : la République de Crabe. Un récit de voyage étrange et fantastique, porté par l’univers singulier de l’étonnante Tarmasz.

 

La livraison express en terre inconnue de Maya ne se déroule pas comme prévu : administration

 

 ubuesque, transports archaïques, territoire impraticable, climat détestable. Elle finit par s'avouer impuissante, profitant de l'occasion pour observer ce pays fantaisiste et anachronique et remettre en question son rapport au temps. Parfois, les voyages ne sont pas uniquement faits d'action et d'aventures…

 

 

Éditions Delcourt, 19,99€

 

 

voyageEnRepubliqueDeCrabe

 

voyageEnRepubliqueDeCrabe-2

 

voyageEnRepubliqueDeCrabe-3

 

AE2EC740-77F4-4DE8-8F90-9A021BE3016B

 

 

 

 

 

Le vrai sexe de la vraie vie II

Auteure : Cy

C’est une nouvelle fois avec son trait vif et sa délicatesse que Cy. raconte avec beaucoup de complicité des histoires de couples, qu’elles soient douces, fortes ou cocasses.

On ne va pas vous cacher que le tome 2 était déjà prévu depuis le début; car avec Le Vrai Sexe de la vraie vie, on a choisi de montrer non pas une sexualité idéale, mais bien des sexualités, variées, différentes, imparfaites... et elles sont nombreuses. Et pour parler de sexe en plein air,de capote fugitive, de culpabilité sexuelle, de sexe pendant les règles, de sodomie hétéro, de changement female to male, de pression masculine ou de sexe sans capote, on avait besoin d'encore beaucoup, beaucoup de papier." Cy. s’affirme dans l’érotisme intelligent et l’éducation sexuelle moderne, alors comme son prédécesseur, n’hésitez pas à mettre son nouveau livre entre toutes les mains ! " madmoizelle.com

Éditions Lapin, 18€

 

le-vrai-sexe-de-la-vraie-vie-prevente

 

le-vrai-sexe-de-la-vraie-vie-prevente (1)

 

20180117_120926-1

 

 

Posté par Maxime Aubin à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2018

Construisez les villes à la campagne, l'air y est meilleur !

 

 

 

Les Murs ont la parole - Mai 68

 

Conçu comme une promenade où chaque mur raconte un slogan, une idée, un combat, une blague, un bon mot, ce journal mural est le témoin le plus vif et le plus authentique du Paris de 68, rédigé et imprimé dans la foulée du mois de mai. Depuis 50 ans, ces mots sont repris, réassaisonnés, déplacés, remués, déjoués, déformés, réutilisés. Le passage du temps, ce qui change, ce qui ne change pas, la publicité, le graffiti : nous sommes tous les enfants de 68.
Extraits :
" Jouissez ici et maintenant." Nouvelle fac de médecine
" La forêt précède l'homme, le désert le suit." Sorbonne
" Cours camarade, le vieux est derrière toi." Sorbonne
" Autrefois nous n'avions que le pavot. Aujourd'hui le pavé." Nanterre
" Exagérer, c'est commencer d'inventer." Censier
Éditions Points, 5,90€.
mai68lesmursontlaparole
Un Arbre en mai
On ne trouvera pas dans ce texte le calendrier précis des faits, mais la description d'une éclosion, vue depuis l'intérieur du mouvement. Jean-Christophe Bailly nous propose un récit personnel à demi rêvé, des images surgies de sa mémoire cinquante ans après : le regard d'un jeune étudiant de Nanterre sur ces évènements qui ont marqué la France.
Éditions Seuil, 10€.

ScreenHunter 03

 
unarbreenmai

 

Mai 68 par celles et ceux qui l'ont vécu

Mai-Juin 68, cinquante ans après… L’événement génère encore beaucoup de discours, de confiscations, de raccourcis, mais qui sait comment cet épisode extraordinaire est entré dans la vie de millions de personnes ordinaires ? De Paris à Lamotte-Beuvron, en passant par Lille, Marseille ou Poitiers, plus de cent cinquante témoins de ce moment marquant de l’histoire racontent dans ce livre comment elles et ils l’ont vécu. Enfant de la banlieue rouge, collégienne des beaux quartiers, étudiant algérien en art dramatique, ajusteur, professeur de collège, opératrice des PTT, métallo d’une usine automobile, appelé du contingent, aumônier de jeunes, mère au foyer, directeur d’une maison de la culture, cheminot… Reliés les uns aux autres, leurs récits forment une incroyable fresque. L’élan émancipateur de ce qui fut vécu durant ces semaines mémorables s’incarne de manière polyphonique, à la fois intime et politique.

Ces pages forment la trace précieuse, inédite à cette échelle, de ce que fut Mai-Juin 68. Un moment d’histoire dont le souffle a transformé des vies. Un passé si fort qu’il travaille encore le présent.

Fruit de la sélection de plus de 300 textes reçus lors d’un vaste appel à témoignages lancé en partenariat avec Mediapart, ce livre a été « orchestré » par trois universitaires spécialistes de Mai 68 : Christelle Dormoy-Rajramanan (docteure en science politique de l’université Paris-Nanterre, chercheuse au CRESPPA-CSU) ; Boris Gobille (maître de conférences de science politique à l’École normale supérieure de Lyon et chercheur au CNRS) ; Erik Neveu (professeur de science politique CNRS Arènes et /Sciences Po Rennes).

 

Les éditions de l'Atelier, 29,90€.

 

9782708245594

640_000_arp13976793728_image

ob_7ccecd_slogan7

 

 

 

1968, de grands soirs en petits matins

À partir d’un travail dans les archives de toute la France, pour beaucoup inédites, Ludivine Bantigny restitue l’énergie des luttes, des débats, des émotions et des espoirs portés par les acteurs de 68 : toutes celles et tous ceux – ouvriers, étudiants, militants mais aussi danseurs, médecins, paysans, artisans, poètes d’un jour, et les femmes à parts égales avec les hommes – qui ont participé au mouvement. Elle s’intéresse aussi à « l’autre côté » : la police, le pouvoir et les oppositions à la contestation.
Son livre s’attache au vif des événements : à la diversité de leurs protagonistes plus qu’aux seuls porte-parole désignés, à leurs pratiques plus qu’à la rhétorique dont on les a ensuite enveloppés, à la grève qui met le temps en suspens. « Les événements » : si la formule est restée vague faute de pouvoir à coup sûr qualifier ce qui s’était passé, du moins a-t-elle le mérite de revenir précisément aux faits, aux projets, à l’inventivité, à tout ce qui a été imaginé, de grand et de petit, pour réellement « changer la vie ».

Ludivine Bantigny est historienne, maîtresse de conférences à l’université de Rouen Normandie. Ses recherches portent sur les engagements politiques et la conscience historique au XXe siècle. Elle a notamment publié La France à l’heure du monde. De 1981 à nos jours (Seuil, 2013 ; « Points Histoire », 2018).

Éditions Seuil, 25€.

130157_couverture_Hres_0

0-20111-180214191859165-2-520869

738_gettyimages-599799939

maxresdefault

 

 

Mai 68, l'affiche en héritage

 

Le 15 mai 1968, un atelier d’affiche est créé au sein de l’école des Beaux-Arts. Quelques jours plus tard, les occupants de l’école des Arts décoratifs fondent à leur tour un « atelier populaire ». Pendant plus d’un mois, des assemblées générales réunissent quotidiennement artistes, étudiants et travailleurs pour discuter des thèmes et des slogans des affiches qui sont réalisées le jour même. À travers la présentation chronologique de quelque deux cents créations, démontrant à quel point elles ont su traduire les Événements, et les témoignages de nombreux acteurs de l’époque, ce livre retrace l’aventure des ateliers populaires, illustrée de rares photos sur leur fonctionnement, dont celles de Marc Riboud. Tout en offrant un regard inédit sur cette production exceptionnelle, il brise certains mythes, comme celui de la création spontanée des étudiants. Il atteste en définitive que ce précieux legs, donné à tous grâce à un anonymat soigneusement préservé, constitue un patrimoine esthétique et culturel majeur du XXe siècle, qui n’a cessé jusqu’à aujourd’hui, d’inspirer de nombreux designers graphiques.

 

Éditions Alternatives, de Michel Wlassikoff, 30€.

 

 

 

2037_4326

 

51KBgqPQj9L

 

2037_4332

 

ef1768cf69e40e0da7d42e5ac29ed172

 

Mai-68-l-affiche-en-heritage

 

Posté par Maxime Aubin à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]